présentation

organisé comme une compagnie en open source, le labelm-public produit des spectacles vivants générés à partir de laboratoires participatifs de création, eux-mêmes agrégés par des systèmes numériques d’échanges.

au sein d’espaces de réflexions et d’actions collectives, des professionnels, des amateurs et des publics de différents territoires investissent des projets transdisciplinaires et interactifs.

à la suite du collectif le labelm. et de l’association le labelmarseille, le labelm-public s’appuie sur les recherches de la curatrice-performeuse mireille.batby.

…] la singularité de la démarche de mireille.batby est bien celle-ci : curatrice elle intervient comme une artiste. Artiste elle agit comme une curatrice. En malmenant les frontières entre actrice culturelle et artiste professionnelle elle intervient dans un espace novateur au croisement de l’art contextuel, de l’art comportemental et de l’art sociologique, elle ponctue sa démarche artistique de situations dont les dimensions cognitives obligent le spectateur (devenant à son insu acteur) à s’interroger non seulement sur le sujet même de l’action, mais sur toute la réflexion qui amène l’action, ce qu’il a fallu effectuer pour qu’elle existe, comment elle existe, et l’impact qu’elle peut voir dans le présent de son expression. La dimension politique de ce travail se révèle dans le fait qu’elle ne travaille jamais pour mais avec. En ce sens, la dénomination de curatrice-performeuse est totalement légitime. Et rend sa proximité professionnelle rare et enrichissante. » Laurent Cauwet, responsable des éditions Al Dante et du dispositif d’actions poétiques Manifesten, 2016

[entre 2003 et 2008, le labelm. – collectif pluridisciplinaire d’artistes, de techniciens de théâtre et d’amateurs d’arts – engage les modes de création spécifiques de ses membres dans des réalisations collectives. Dans ce contexte particulier de créations hybrides, chacun investit l’espace généré par la recherche d’un universel, s’appuyant sur ses mensonges salvateurs et des vérités contraignantes. En écho à cette élaboration particulière, les membres du labelm. se sont finalement investi dans des projets offrant des possibilités de réflexion sur les liens entre témoins d’histoires et porte-paroles, autant que sur le statut d’un art collectif dans notre société.

[de 2009 à 2013, le labelmarseille – association pour la diffusion d’oeuvres transdisciplinaires et collectives – a permis à des artistes, des scientifiques, des critiques, des programmateurs, des amateurs praticiens ou spectateurs d’engager leurs expériences et leurs compétences dans ces écritures artistiques contemporaines. À travers un programme saisonnier de résidences et de diffusions, le labelmarseille a essentiellement permis à des intervenants d’horizons divers, travaillant sur des problématiques voisines, d’interagir dans la réalisation d’œuvres communes, tout tant réévaluant leurs incidences dans la création contemporaine.

 

parcours & cv. de mireille.batby

l’autoportrait collectif

si les images médiatisées sont des modèles pour soi, elles le sont aussi pour d’autres. D’autres qui, comme chacun, dans cette identification incarnée, conviennent que sa vie sera légendaire et son corps l’énième héros d’une histoire déjà connue.

que ce soit exposé, installé ou affiché, ces mises en scène outrancières d’images partagées – aux sur-mesure impeccables – ne seraient que de grotesques panoplies ajustables sur nos corps si nous étions des masses inertes sur lesquelles des stéréotypes viennent se plaquer.

mais nos désirs, éperdument actifs dans l’utilisation d’un parangon, préservent, eux-mêmes, les raisons de notre identification. Depuis notre image reconstruite, lourdement marquée d’une intimité collective, nous restons modérément intime et intrusif. Et c’est autre chose, cet intime-intrusif, c’est le lieu où se cachent les raisons de notre adaptation à l’image, le point de départ désiré d’une dénomination possible de chacune des pièces du puzzle collectif.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

anonymat X

labelmarseille, depuis 2011

anonymat X est la trame d’une suite d’images en mouvement, réalisées par petits groupes d’artistes ou d’amateurs, de disciplines diverses.

autour d’un thème commun, d’une image commune, les règles sont simples : Ici et maintenant je fais ce que je suis. En tant qu’individu, j’organise ma pensée à travers ma discipline. Que suis-je en train de chercher à montrer, en ce moment. Ici et maintenant je fais ce que nous sommes. En tant que groupe, nous formons 1 ensemble qui nous intègre. Ici et maintenant nous nous donnons à voir aux publics spectateurs puis acteurs, dans des espaces de représentations qui se définissent par le jeu.

à travers les formes de training, de lecture d’images et d’écritures, chacun exige de son corps et de ses imaginaires, une prise de parole de son intime; cet intrus présent en chacun de nous.

présentation anonymat X

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

anonymat X _du spectacle vivant en silence

Aperto / Festival Sonorité – labelmarseille, Montpellier, 2012

545436_413851195335289_304899925_n 485891_425701877478430_1269097409_n

à travers une suite de performances au sein d’installations visuelles et sonores en mouvement, le labelmarseille propose aux usagers du Festival Sonorité #8 d’incarner l’image dans laquelle chacun se trouve beau.

avec mireille.batby _curatice-performeuse, Thomas Charmetant _technicien son & lumière, Stéphane Despax _étudiant, Anne Brigitte Lorriaux _enseignante, Silvia Velasquez _peintre

présentation d’Aperto

dossier Festival Sonorités # 8

appel à participation

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

anonymat X _être et faire cabanon en intrus

Protocoles-Méta / École supérieur d’art d’Aix-en-Provence – les grands terrains – labelmarseille, Marseille, 2011

anonymat X intrus 2 anonymat X intrus 1

dans le cadre de « être et faire cabanon », atelier-Méta coordonné par Jean-Paul Thibeau _artiste-enseignant, le labelmarseille propose aux étudiants en art de laisser surgir de leurs cellules personnelles, l’intrus qu’ils ont enfoui en eux, dés qu’il leurs a semblé préférable de se montrer au mieux de ce qu’ils s’attendaient d’être.

avec mireille.batby _curatrice-performeuse, Lou Feraud, Guillaume Loiseau, Claire Malvoti (en lien depuis la chine), Huna R., Deborah Repetto _étudiants de 3ème année de l’ESAAix, Karine Porciero _comédienne-chanteurse

présentation anonymat X _ en intrus

programme atelier-Méta

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

les errants de la chair

[1.1-1.2] [2.1-2.2] [3.1

labelm., 2003/07

à la croisée des arts plastiques, du théâtre et de la poésie sonore, ce triptyque articule différentes interprétations de la seconde visite de ‘Done Elvire’ au «Dom Juan» de Molière.

dans des installations mouvantes, une comédienne et une performeuse au travail, se confrontent à un espace qui évolue. Tour à tour guidés puis dérangés par un environnement qui mêle voix, injonctions et retranscriptions de l’être aimant, des histoires mythiques que l’on-se-raconte-en-secret et des convictions intimes marquées de vérités assourdissantes et de mensonges salvateurs, les publics reçoivent, plus que des histoires, un ensemble de narrations à remonter.

au sein d’installations visuelles et sonores en mouvement, performance et jeu sont contraints en direct par les images vidéo et des montages sonores.

présentation les errants de la chair

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3.1 – elvire, la métamorphose du plongeon

Les rencontres à l’échelle / Les Bancs Publics – labem., Marseille, 2007

les errants 3 elivire#3

visuels

dans ce troisième volet, elle ne constate pas seulement de passer d’un état à un autre – d’une ‘Elvire’ à ‘Done Elvire’, elle assiste, involontaire, à la transformation vertigineuse, au développement étourdissant de sa métamorphose. Et si elle accepte cette modification c’est qu’elle l’envole vers quelque chose qui lui semble être elle.

mireille.batby _performeuse, Alfredo Costa Monteiro _poète sonore et régie son, Matthieu Ferry _régisseur lumière, David Marche _vidéoaste et régie image, Elodie Nosjean _comédienne

interwiw radio grenouille à 27′:50

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2.2 – ce doit être ennuyeux pour toi.

Maître d’Oeuvre / Centre dramatique national – labem., Saint-Étienne, 2006

2.1 – même pas Elvire

Resonance / Biennale d’art contemporain – labem., Lyon, 2005

elvire bleue

dans ce second volet, elvire est seule, tendue, dans l’espace étroit délimité au sol, elle se remémore les phrases de Claudia, dans une conversation avec Louis Jouvet. Et comme si c’était elle qui, jour après jour, avait tenté de dire ‘Done Elvire’ dans le sentiment du personnage, elle se souvient d’avoir été ‘Elvire’ roulant dans sa tête, presque naturellement, les vers de Molière.

mireille.batby _performeuse, Alfredo Costa Monteiro _poète sonore, Frédérique Delhaye _auteur, Yaël Epstein _chanteuse, Richard Fontaine _régisseur lumière, David Marche _vidéoaste, Elodie Nosjean _comédienne, Virginie Schell _comédienne

présentation Maître d’Oeuvre (p.03)

présentation Resonance (p.20)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1.2 – il ne faudra plus compter sur moi.

Friche RVI – labem., Lyon, 2004

1.1 – prise par Elvire

Acté-Théâtre – labem., Longwy, 2003

elire 1

elvire-1

extrait vidéo 2

texte les errants de la chair 1.1/1.2

lorsque, dans ce premier volet, presque consécutivement à l’abandon de Dom Juan, une nouvelle douleur anesthésie Done Elvire, elle cherche à se protéger pour agir encore et fait appel à ‘Elvire’ ; une émanation intérieure qui doit porter sa souffrance physique et sublimer son amour trop humain en amour divin. La conscience de soi à travers son corps et la représentation de soi au travers d’un corps sont alors dissociées : Done Elvire se ment pour être encore visible et se donner la force de paraître devant Don Juan.

avec mireille.batby _performeuse, Chloé Catoire _création sonore, Vincent Damon _régisseur son, Matthieu Ferry _régisseur lumière, Philippe Labaune _metteur en scène, Sébastien Lenoir _régisseur générale, David Marche _vidéaste, Elodie Nosjean _comédienne, Hélène Sabis _costumière, Fabrice Perrier _monteur vidéo

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Mon corps multimédia

K.Danse, le cube, Issy-Les-Moulineaux, 2001

mon corps multimédiat

cadre serré sur le visage d’un corps éteint – image rejetée sur un écran translucide derrière lequel un corps tente de se délimiter en s’étreignant.

…] la compagnie K.Danse propose d’explore la confrontation du corps dansé avec les nouvelles technologies : dispositifs interactifs, captation de mouvements, images de synthèse, projections d’images… À travers l’utilisation de ces outils dans le spectacle vivant, nous interrogeons la place du corps dans le monde d’aujourd’hui ainsi que la relation entre le corps et le multimédia afin d’établir différents outils d’écriture personnelle permettant de construire cette relation. Les participants se livrent à un travail spécifique sur la danse et la vidéo : étude d’un mouvement (recherches inspirées de la danse contemporaine occidentale, de la danse Butoh japonaise et d’un travail physique avec la caméra) et réalisation d’une courte séquence filmée servant de matériau pour un travail de danse en direct. » Jean-Marc Matos et Anne Holst

performance au sein d’une installation visuelle et sonore

présentation Mon corps multimédia

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Madame

web, 20015

d’après Madame Foresti de Florence Foresti & à Ma soeur de Catherine Breillat

 

le personnage m.

dans l’organisation médiatique qui nous entoure, des images sont inculquées comme exemples de vie. Façonnées selon les règles du prêt-à-porter, elles sont adaptables et reproductibles sur notre corps. Construites comme des modèles, elles contiennent des propositions déjà admises comme principes, des interprétations communes de ces principes et les résultats recherchés et reconnus par tous.

comme «il nous faut bien ressembler à quelque-chose-que-l-on-connaît, nous nous exécutons et acceptons la représentation physique et mentale d’une personnalité répertoriée. Semblant s’acquitter de petits efforts, nos corps nous offrent en pâture à ce monde de bonheurs organisés – ainsi associés à une de ces représentations, stabilisés et rassurés, nous devenons à notre tour porteurs d’une image modèle.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

dernière période

l’autoportrait est une évidence pour moi. Il a toujours été sous-entendu, surtout à travers les portraits des autres. mireille.batby

criatura /

criatura //

criatura ///

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

2ème période

l’odeur et les formes.
le bruit et les couleurs.
le chaud et le clair. Le froid
et le sombre. Autant de sensations prélevées dont je garde des traces dans ma mémoire et que j’additionne aux représentations déjà acquises ; innées ou héréditaires.
des images par amalgames à restituer, au fil de mes envies,
sur ce corps – le Mien – à photographier.
mireille.batby

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

de la femme-artiste à M. _le secret de l’autoportrait collectif dans la représentation de soi

atelier Gérard Mathie, Villeurbanne, 2002

la femme de la femme artiste

extrait vidéo

au chapitre de la photographie sans appareil, l’image de notre destin, celle que nous avons dans la tête et qui émerge de notre univers mental, impressionne directement la pellicule. Aussi sensible dans l’instant que lorsqu’elle fut choisie, il nous faut croire en l’hypothèse qu’ainsi objectivée, elle soit notre témoin, prêt à répondre de façon appropriée à toutes les questions éventuellement posées.

le rapport que cette image entretient maintenant avec notre réalité, c’est-à-dire avec la maturation de notre personnage qu’elle donne à voir, est basé sur la logique des simulacres. La promesse d’une vie exemplaire, que ce motif nous a faite, dans sa gamme de possibles successifs, dilue progressivement notre représentation, et avec elle, nos possibles. Il nous reste à espérer qu’ensemble nous inventerons les réponses personnelles pour lesquelles ce fantoche n’a pas été engagé.

exposition séries photographiques, projections vidéographiques, diffusions sonores

présentation de la femme-artiste à M.

la présence secrète de l’autoportrait collectif dans la représentation de soi

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

je veux pas ressembler à M.

extraits de Mon-journal

Maison des Arts Plastiques, Lyon, 2000

JE_VEUXP2 JE_VEUX1

pour Le beau temps évidemment. de la 1ère époque,
Mon-journal m’enseigne la conduite à suivre pour que la vie ressemble au conte familial avec comme point de départ cet homme; mon mari; le père de mes enfants. Et tout serait facile et offert.
dans la 2 époque,
Mon-journal relève les rites auxquels je me plie pour revêtir mon armure de muse comme tout bagage et m’offrir à lui en peinture.
de la 3e époque,
Mon-journal tait L’errance du cœur. Mais je reconnais, pourquoi pas que dans la vie je n’étais pas un cadeau du ciel.

exposition tableaux photographiques, installations visuelles et sonores

dans Mon-journal sont retranscrits les souvenirs personnels issus de différents quotidiens; des témoignages d’accords collectifs et tacites. Chaque texte s’adresse à Mon-journal en particulier. Toutes les images sont des extraits rapportés de ma vie en général. Leur réel ne faisant aucun doute, ensemble, images et textes, certifient l’exactitude des réalités retranscrites dans Mon-journal.

présentation je veux pas ressembler à M.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Ma photo

classeurs d’artistes / Rhinocéros, Strasbourg, 1999

ma photo ma photo

la photographie est toute entière assujettie à son référent. Par la prise, en un instant, elle garde l’illusion de créer ce qu’elle donne à voir. Mais ce que la pellicule sensibilise est déjà une émanation du réel. La photo nous donne ce qu’elle croit être; une interprétation, une vision amalgamante du réel, où les vides ont pris corps et construisent une matière englobante : présentoir du sujet. Par l’arrêt, la stase de la photographie produit une image à la fois complètement fidèle et mystifiée. Tendue, figée, polarisée et ratifiée, la photographie offre son champ d’images au réel.

 

ouvrage photo/texte, 20 pages, Classeur Centra à levier carton gris en carton recouvert de papier nuageux gris. Code UFIPA : 684-03-02. Classeur avec œillets de maintien . Bords métal A4-Dos étroit . Format des documents en mm 210 x 297 . Référence 221101.

…] l’aspect externe du classeur ne devra pas être modifié. L’intérieur du classeur est le lieu de l’œuvre. Les classeurs seront alignés côte à côte sur des étagères. Ils formeront un système d’archivage des œuvres. Les visiteurs pourront les ouvrir et les consulter librement. Chaque artiste reste propriétaire de son classeur. Il vous sera retourné après les différentes expositions. » association Rhinocéros

 

présentation Ma photo

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

la vie selon M. _l’image d’une révélation

Jeune Création, Paris, 1999

la vie selon 2

La vie selon M. est la traduction d’une intervention discrète et prétentieuse. Il s’agit en effet de produire la passive exploitation des possibilités de Mireille Batby par M. intimement persuadées de sa valeur infinie, elles attendent l’éclairage qui la révélera aux yeux des autres.

tableau photographique morcelé, diffusion sonore

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la vie selon M. _prise corps et âme

Baignades Interdites – les ateliers de la poudrière, Seyssel, 1998

la vie selon

pas entièrement immergée dans l’eau de sa baignoire, mireille batby reconstitue ces poses. Ces moments où, de son corps stable et fixe, se libèrent, aux sons de quelques oratorios, ses projections d’elle(s).

le vie selon m. 3 la vie selin 2

tableaux photographiques, projections lumières, diffusion sonore

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la vie selon M. _l’annonce faite

Les Urbaines / Arsenic, Lausanne, Suisse, 1997

l'annonce

faite de fredonnements et de poses indolentes, M. lovée dans son ove désire ses niches citadines, ses “grottes de Lourdes”, dernières étapes vers son apparition et sa gloire. Pas de projection grandiose, pas de “son et lumière” pour M. la discrète. À heure d’hiver, M. passera à la lumière.

installation tableau photographique, projection lumière, diffusion sonore

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

présentation la vie selon M.

feuille de salle la vie selon M.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

1ère période

dans ces mises en scène qui nous gèrent comme les substrats d’une identité partagée, le personnage M. effeuille l’image d’une des représentations de mireille.batby que d’autres interprétations ont déclinée.

M. éprouve la stabilisation spasmodique d’une Histoire commune établie sur un corps.

M. révèle la flexibilité du modèle proposé dans la coagulation stratifiée de nos narrations.
ces jeux dans lesquels se donne à voir le personnage M., permettent de s’évaluer en tant que sujet modélisé.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

une couverture lancée, fabriquée et authentifiée

Festival du château de Villandraut, 1995

une couverture

mireille.batby raconte la très véridique histoire de M.
M. est couvreur d’images.
M. est à Villandraut du 19 au 23 juillet,
pour faire le compte-rendu de ce qui s’y fait.
M. est partout, au milieu de ce qui se fait.
une couverture lancée, fabriquée et authentifiée.
chaque jour, M. expose 3 images du festival
sous les projecteurs. M. expose votre image représentative d’un spectacle.
M. certifie l’authenticité de la couverture.
M. est représenté, ici, par vous.

performance

publication facsimilé-fax

 

présentation une couverture lancée, fabriquée et authentifiée

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

je vends M. un artiste au féminin arrivé à maturation

Aux500diABLes – manifestation d’art contemporain, Bordeaux, 1995

je vends JE.VENDS.1

lettre à l’intention de ceux pour qui être un artiste au féminin fait rêver.
l’image que l’on crée au départ, vous devez la choisir avec beaucoup d’attention, car il vous faudra ne pas la regretter par la suite.
adopter M. c’est vous épargner.
choisir M. c’est acquérir tout son savoir-faire et toute son expérience.C’est par l’acquittement de petits efforts vous ouvrir tout ce monde extraordinaire qui révèle votre originalité.
extrait de L’interview de M. tabloïd noir/blanc
A je suis un artiste au féminin.
B je suis en perpétuelle évolution.
C j’utilise la dérision pour révéler et la pertinence pour aboutir.
D mon corps est un outil et ma séduction un moyen.
E pour mes amis je suis une artiste.
extrait du manifeste de M. tabloïd noir/blanc

performance

publication tee-shirt, autocollants, fac-similé de journal

présentation je vends M. un artiste au féminin arrivé à maturation

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

bed with M.

Aux500diABLes – manifestation d’art contemporain, Bordeaux, 1997

bed bed5 BED W M. nue

ces photographies portraits de moi sont des images où je ne me reconnais pas. elles ne sont pas dans l’idée que j’ai de moi. ces sons enregistrés de ma voix ne ressemblent pas à ce que j’entends de moi. je n’ai pas de souvenirs précis de moi. Je n’ai pas de mémoire de moi. J’ai des envies de moi.
je connais de moi aussi ce que l’on m’apprend. On connaît de moi aussi ce que je donne. Je donne ce que je travaille. On peut aussi prendre de moi.
reste le je à définir avec les différents portraits de moi.
je me fais aussi par inadvertance.
extrait du Journal intime de M. publié dans le poster de M. couleur 42 x 60 cm. (1997)
bed with m.4 bed with m. 5
voyeurisme dans la chambre de jeune fille.
de l’ordre du fantasme : Être star sur image.
extrait du carnet de notes de mireille.batby publié dans le poster de M.
couleur 42 x 60 cm. (1997)

exposition affiches, série et suite photographiques

publication poster-puzzle
présentation bed with M.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

les images Modèles

l’hybridation entre un individu et une image m’incitent à créer une histoire hypothétique sur ce qui a généré et nourrit cette greffe, à déduire une équation de la propension à la propulsion iconique de nos corps, à établir des narrations individuelles à partir d’explications intuitives ; bref à bâtir un ensemble de témoignages visuels et sonores
qui fixent les mises en scènes dans lesquelles apparaît et se débat 1 personne et le personnage.

en rendant visible la distance qu’il existe entre 1 individu et diverses constructions à son image, je tente de rendre palpable et poreux l’espace entre soi et une image modèle ; entre son intime et notre premier personnage consensuel : l’intimité.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

image(s) de héros

École d’enseignement supérieur d’art, Bordeaux, 1993

z héros 2 images de héros 3

de dedans l’image il nous le dit. Il nous dit ce qu’il est. Il est ça.
c’est l’histoire qui commence à croire qu’elle ressemble à la narration qu’elle a faite.
il leur suffit, à son histoire et à lui, que la narration ressemble en quelques points à son histoire, pour que lui, il entre dans l’image. et c’est cela l’histoire. La narration le prouve et l’image en est la preuve.
le personnage se dresse maintenant. Et de son image, il attend d’être à la hauteur du scénario qu’il doit accomplir.

exposition installation visuelle, séries photographiques, affiches / publication fanzine

présentation image(s) de héros

laboratoire en cours

les spectacles vivants du labelm-public s’appuient sur des laboratoires participatifs de création agrégés par des systèmes numériques d’échanges. Ces laboratoires mettent en connexion des artistes, des scientifiques – professionnels ou amateurs – et des publics via des structures nationales et internationales de deux pays.

 

les laboratoires du labelm-public s’organisent selon 3 étapes :
en 1er lieu; une plateforme.web de réflexions collectives invite des intervenants d’horizons divers à échanger autour d’un événement et de ses médiations.
puis, des ateliers collaboratifs d’écritures numériques, s’appuyant sur les contributions de la plateforme.web, associent professionnels et amateurs du pays-émetteur de l’événement et d’un pays récepteur, dans la création d’images et de jeux de scène, réels et virtuels.
enfin, une double installation visuelle et sonore, et une performance en streaming réunissent, en un temps donné, sur le Web et dans chacun des 2 pays, les participants de la plateforme.web, ceux des ateliers collaboratifs et des publics – résidents et internautes.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

les posts

>

les spectacles vivants du labelm-public sont des tentatives de ‘dési.dentification’, dans l’approche que peut en faire Rosemary Hennessy.

…] la dési.dentification, dit-elle, consistant à travailler sur les identifications dans lesquelles nous nous reconnaissons et qui articulent notre expérience vécue. Cette démarche implique de confronter les identités que nous tenons pour acquises à leurs conditions de possibilité historiques, d’arracher ces identités au grand récit de la persécution – un terrain d’élection du ressentiment – pour les projeter dans un cadre conceptuel différent, un cadre éclairant la façon dont cette souffrance est le produit de rapports sociaux qui proscrivent tout une série de besoins sociaux.« 
Rosemary Hennessy, «Reclaiming Marxist Feminism for a Need Based Sexual Politics » in The Socialist Feminist Project, article traduit de l’anglais par Morgane Merteuil, Monthly Review Press, 2002, p. 83-87

 

d’une dénomination perpétuelle

>

 

 

du spectacle vivant

les productions du labelm-public, axées sur des événements politiques et leurs médiations, s’appuient sur des laboratoires participatifs de création agrégés par des systèmes numériques d’échanges.

basés sur une plateforme.web de réflexions, un atelier collaboratif d’écritures numériques et une installation-performance en streaming, ces laboratoires mettent en connexion différents interlocuteurs – artistes, scientifiques, professionnels, amateurs et publics, via des structures culturelles nationales et internationales.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

des avatars qui volent à nos secours

des informations que nous recevons ; tangibles et embrouillées, faites d’instants encore et encore racontés, d’images redessinées et d’hétéroclites amassés, nous prélevons et assemblons continuellement les pièces interchangeables du puzzle en mouvement qui sert à nous positionner.

combinaisons inextricables dans lesquelles nous évoluons et évaluons des artifices à la lumière des nôtres : fatras internes et externes qui doivent pourtant se répondre, se toucher (et je veux dire s’émouvoir) pour que dans l’encore et encore des vérités et de nos mensonges, s’attachent ensemble des êtres vivants.

Esthétique des révoltes urbaines, article de Rémi Kuzniewski, 2012, le monde

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

une démocratie optocratique #2

28es Festival International Les Instants Vidéo, Marseille – Beton7, Athènes, 2015

12243055_1111084248926324_7851049480364914806_n

…] une démocratie optocratique propose de regarder l’événement grec. l’événement grec, c’est-à-dire « ce qui nous vient depuis la grèce », ce lent soulèvement commencé dans les années 2010 qui fit son apparition sur la scène médiatique internationale en 2015 et qui atteignit son paroxysme le 5 juillet de la même année lorsque près de 62% du corps électoral grec prononça un OXI fier, malgré une incroyable propagande interne et internationale. s’exposant bravement, se mettant à nu, malgré des menaces de représailles géostratégiques et financières à peine voilées. et exposant par la-même quelque chose de chacun de nous, de ce qui fait peuple en nous dans toute l’europe.

ensemble, de part et d’autre de la méditerranée, nous présentons une autobiographie collective et fractale de ce que ce mouvement venu de grèce a en chacun remué, déplacé, sinon traversé. une autobiographie d’émotions politiques en déshérence faute de représentation politique. nous serons là soi-même et chacun en personne.  » mari-mai corbel, auteure et critique d’art

12316401_902275476517184_987948415197619648_n12342336_902275353183863_1176133260567719155_n

 

[à Marseille] mireille.batby _perfromeuse-curatrice-gestionnaire de communauté, Jean Cristofol _philosophe, Willi Legaud _web.graphiste, Guillaune Doullay _technicien général. Techniciens plateau, Médiateurs et Publics des Instants Vidéo numériques et poétiques. [à Athènes] Mari-Mai Corbel _auteure-critique d’art, Mariela Nestora _performeuse, Curatrice, Régisseur général et Publics de Beton 7

blog collectif du laboratoire à partir du 26 oct. 2015
écritures numériques collaboratives sur facebook du 30 oct. au 15 nov. 2015
installation-performance participative en streaming le 11 nov. 2015

déroulé et visuels d’une démocratie optocratique

mireille.batby, mari-mai corbel, naïk m’sili, marc mercier, mariela nestora, jean cristofol, willy legaud, marion meyer, richard melka, samuel bester, guillaune doullay, Ράνια Κλιαρη, Μαριέλα Νεστορα, Τζένη Αργιριου, Πάνος Βλάχος, Μιχάλης Πάνου, Γιάννης, Αλεχανδρα Στεφανίδες, Νίκος Γραίκος, Juliette Perrin -Renoud, Αποστόλος Πλαψηουρις, Δημοσθενης Αγραφιοτης, Marianne Strapatsakis, henri mandine, betty mavic, alexis cladiere, valerie jouve, marc azéma, montévidéo créations contemporaines, marie cassal, bernard batby, monique ayme, alain paire, guillaume liégard, li bono, carole rieussec, estelle roméo, nicolas chapuis, philippe petit, taz nc, alain dalis, chateau de servières, nicole fongaufier, pierre guéry, roland gori, hector obalk, sandrine delrieu, jean-louis comolli, nicolas roméas, bruce bégout, stéphane nowak papantoniou, guillaume allardi, daniela labbé cabrera, lina vlachou, arnaud deschin, laurent chambert, nolwenn moreau, vassiliki a, mathieu huot, emile ouroumov, fernanda garcía lao, delphine meunier, serge provost, francis coulaud, hubert colas, axelle galtier, an platteeuw, laurent malone, emmanuel burdeau, nakunoeil nakunoeil, jean-luc terrade, élinora leger, nicolas gruppo forté, georges hassomeris, antonio rodriguez yuste, joanna selvidès, dimitris daskas, anne-sophie juvénal, giney ayme, louise brun, daphné lefebvre, christine monlezun, nicolas tardy, caroline scherb, xavier czapla, anna vlachou, patrick laffont, andreas pashias, lou colombani, salvatore spada, pedro jiménez morrás, claire rossi, alexis cicciù, mountain cutters, awest excentriek, youness anzane, emy chauveau, laure viel, amandine tamayo, david chapuis, mary berkelmans, salvatore spada, myrto gondicas, gabriel mattei, victoria fabre, antonella fiori, Bastien Gueriot, Catherine Chazel, Νικιτας Ωλαχος, Μαιρη Ωαλχος, Αντονης Κοντρογιαννης, Κωνσταντινος Εμμανουηλ, Ιουλη Τριανταφιλου, Νικος Στατοπουλος, Μαρια Γλυκα, Βααιλιης Βλασταρας, Μαρια Μαραγκου, Μιχαλης Αργυρου, Antonella Fiori, Richard Melka, Gabriel Mattei, Νικιτας Ωλαχος, Μαιρη Ωαλχος, Αντονης Κοντρογιαννης, Κωνσταντινος Εμμανουηλ, Ιουλη Τριανταφιλου, Νικος Στατοπουλος, Μαρια Γλυκα, Βααιλιης Βλασταρας, Μαρια Μαραγκου, Μιχαλης Αργυρου, Oussama Tabti, Mona Habibizadeh, Vincent Guis, Jeff Moulin, Alexandre Bertin, Michel Coste, Félix Doullay, Nadège Ridrard, Bruno Delaurun, Ieva Lalala, David Giachiao, Antonella Porcelluzzi, Agnès O’Martins, Emilie Taliana, Nowac Papantoniou, Eliot Ratinaud, Sihem Baba Hamed, Marine Sahakian, Pascale Milloni, Daniela Kraemer, Julian Quinones, Adrian Makowski, Jules Metayer, Chloé Commeignes, Heloïse Ameil, Claire Savoie, Chantal duPont, Stéphane Luis, David Bouvard, Cyril Laurain, Anaëlle Michel, Fabrice Duamel, Raplh Kislter, Flora Gervais, la ville de marseille, les instants vidéo numériques et poétiques, beton7, labelm-public

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la république des ombres #1

Marseille – Istanbul, projet 2014, diffusion temporisée

istanbull

visuels issus de la presse, Aris Messins

les visages de la contestation turque, Photo Umit Bektas. Reuters, libération, 6 juin 2013 à 09:35

à partir de ce que nous recevons actuellement du mouvement protestataire, Place Taksim à Istanbul, les membres de la république des ombres se proposent de relire par perturbation d’échelle, superpositions et déformation de sens, cet événement pas si éloigné géographiquement, socialement, idéologiquement et philosophiquement de nos préoccupations.

istanbul istanbul.2

Noon_17-810x1080 Shower-of-pepper-spray-tu-008

The creation of history, Marc Quinn, 2014
Gezi park protesters, Arnold Pöschl
The woman in red, Osman Orsal, 2013

Turkey’s Summer of Love and the Art of Political Protest, Wendy Shaw, x-traonline.org

Faces of the Gezi Park Protests, By Karrisa Olsen, wonderfulmachine.com, 2014

la république des ombres est la performance d’hommes et de femmes pris dans la revendication de leurs mots. Dans cette image pixelisée, il y a d’abord des hommes, en ombres chinoises, avec des casques. Pas tous. Certains sont en cheveux ou en chapeau, ils bougent, à peine. Certains ont des matraques et d’autres des bâtons ballants. D’autres n’ont rien dans leurs mains. À gauche, l’un des hommes casqué à matraque, supporte un bouclier transparent plus grand que lui. Ils se regardent, ils s’agitent . un peu. doucement. tous font silence. Ils sont devant des bâtiments, les bâtiments d’une ville, comme devant un décor ; la projection pastelle d’un angle de rue. Ils ne se touchent pas, ils sont là parce que les événements les ont amenés ici. il y a de la fumée, ça pue et ça pique un peu les yeux, ils ne me voient pas, je vais devoir y aller. est ce le moment. il va falloir que j’y aille. personne ne bouge. Si je bouge maintenant que va-t-il se passer. je ne voudrais pas rater quelque chose. je voudrais que quelque chose se passe.

avec mireille.batby _perfromeuse-curatrice, Kamal Benadi _régisseur son, Emy Chauveau _poétesse-perfromeuse, Mari.Mai Corbel _auteure-critique, Stéphane Cousot _régisseur général & web, Alain Dalis _artisan-sculpteur, Pascale Donjovanie _créatrice lumière, Guillaume Doullay _assistant régie générale, Sarah Fourage _comédienne-auteure, les usagers du GEM Marseille _association humanitaire, d’entraide, sociale, Elisabeth Lebailly _anthropologue, Mountaincutters _plasticiens-vidéastes, Kate Pinault _traductrice, An Platteeuw _ coordinatrice, Karine Pociero _comédienne, les étudiants de SATIS, Amandine Tamayo _médiatrice, Philippe Vincent _metteur en scène, AmberPlatform, les Instants Vidéo numériques et poétiques.

cette performance collective, transdisciplinaire et multimédia aurait du être présentée simultanément sur le plateau de La Cartonnerie à Marseille (France) et sur celui de l’AmberFestival à Istanbul (Turquie).

l’élaboration du projet et les captations des répétitions diffusées sur le blog de la performance auraient pu être ouvertes à la participation de chacun.
la captation de la représentation, tournée-montée et sous-titrée en anglais, aurait été retransmise en direct dans la Friche la belle de mai à Marseille et Place Taksim à proximité du Parc Gezi à Istanbul.
la performance aurait été ouverte aux commentaires des spectateurs des deux festivals, via twitter.

présentation la république des ombres – puissance des écritures, mireille.batby

pour poursuivre gezi 2013 before and after, academy of fine arts vienna

mireille.batby cv

curatrice – performeuse – gestionnaire de communauté

………………………………………………………………………………………………………………….

depuis 2014

labelm-public

compagnie open source de spectacles vivants, Web inter & extra muros

agrégés par des systhèmes numériques

2009 / 13

labelmarseille

association d’expérimentations et de diffusion, Marseille

des écritures artistiques contemporaines

2003 / 07

labem.

collectif d’artistes et d’amateurs, Lyon

engagés dans la création de spectacles vivants

1997 / 03

M.

personnage virtuel adaptable sur des supports humains, Bordeaux & Lyon

………………………………………………………………………………………………………………….

du spectacle vivant

laboratoires transdisciplinaires et dispositifs scéniques en open source

………………………………………………………………………………………………………………….

2015

des avatars qui volent à nos secours #2 _une démocratie optocratique

28es Festival Les Instants Vidéo, Marseille – Béton7, Athènes – labelm-public

performance, installation visuelle et sonore, blog critiques

2014

des avatars qui volent à nos secours #1 _la république des ombres

Les Instants Vidéo, Marseille – Amberfestival, Istanbul – labelm-public

projet temporisé

………………………………………………………………………………………………………………….

les grands terrains

laboratoires d’expérimentations artistiques et restitutions transdisciplinaires

………………………………………………………………………………………………………………….

saison 2012 / 13

les actes _en silence

MP2013 capitale européenne de la culture – les grands terrains – labelmarseille

installations arts visuels – spectacles vivants – musiques actuelles

piscine municipale, Frais-Vallon

saison 2011 / 12

arrêter de résister _passons à l’acte

les grands terrains – labelmarseille

installations arts visuels – spectacles vivants – musiques actuelles

les grands terrains, Marseille

saison 2010 / 11

les intrus

les grands terrains – labelmarseille

séminaires – installations arts visuels – spectacles vivants

les grands terrains, Marseille

saison 2008 / 09

confrontation[s] _entre territoires publics et mouvement personnel

vol de nuits – labelmarseille

forums – expositions arts visuels – performances

vol de nuits inter & extra muros, Marseille

saison 2007 / 09

La figure humaine, et maintenant

vol de nuits – labelmarseille

expositions photographies – performance sonore

vol de nuits, Marseille

2003

Ici, ç’a été ça

Veduta / Biennale d’art contemporain – labelm.

installation arts visuels – musiques actuelles – témoignages vidéo

bus transformé, Lyon

………………………………………………………………………………………………………………….

l’autoportrait collectif

dispositifs scéniques et d’expérimentations en collaboration

………………………………………………………………………………………………………………….

2012

anonymat X _du soectacle vivant en silence

Festival Sonorité – labelmarseille

performances au sein d’installations visuelles et sonores en mouvement

Galerie Aperto, Montpellier

2010 / 11

anonymat X _être et faire cabanon en intrus

Protocoles.Méta – ESAAix – labelmarseille

performances au sein d’une plateforme mobile d’expérimentations

les grands terrains, Marseille

2007

les errants de la chair 3.1 _elvire, la métamorphose du plongeon

Les rencontres à l’échelle / Les Bancs Publics – labem.

performance et mise en scène au sein d’une installation visuelle et sonore

Les Bancs Publics, Marseille

2006

les errants de la chair 2.2 _Ce doit être ennuyeux pour toi.

Rues des arts / Comédie de Saint-Étienne – labem.

performance et mise en scène au sein d’une installation visuelle et sonore

l’Usine, St-Étienne

2005

les errants de la chair 2.1 _même pas Elvire

Résonance / Biennale d’art contemporain – labem.

performance et mise en scène au sein d’une installation visuelle et sonore

Tango de soie, Lyon

2004

les errants de la chair 1.2 _il ne faudra plus compter sur moi.

Verbecelte et Compagnie – Théâtre du Verseau – labem.

performance et mise en scène au sein d’une installation visuelle et sonore

Friche RVI, Lyon

2003

les errants de la chair 1.1 _prise par Elvire

Acté-Théâtre – labem.

performance et mise en scène au sein d’une installation visuelle et sonore

Acté-Théâtre, Longwy

2001

Mon corps multimédia

performance au sein d’une installation visuelle et sonore

K.Danse – Le Cube, Issy-les-Moulineaux

………………………………………………………………………………………………………………….

le personnage M.

installations visuelles et sonores

………………………………………………………………………………………………………………….

2002

De la femme-artiste à M. [autoportrait collectif]

série photographique, projections vidéographiques, diffusions sonores

atelier Gérard Mathie, Villeurbanne

2000

je veux pas ressembler à M. : extraits de Mon-journal

tableau photographique, projection vidéographique, diffusion sonore

Maison des Arts Plastiques, Lyon

1999

Ma photo

ouvrage photo/texte

Classeurs d’artistes / Rhinocéros, Strasbourg

la vie selon M. – l’image d’une révélation

tableau photographique morcelé, diffusion sonore

Jeune Création, Paris

1998

la vie selon M. – M. prise corps et âme.

tableaux photographiques, projections lumières, diffusion sonore

Baignades Interdites / Les ateliers de la poudrière, Seyssel (01)

1997

la vie selon M. – l’annonce faite à M.

tableau photographique, projection lumière, diffusion sonore

Les Urbaines / Arsenic, Lausanne, Suisse

1995

une couverture lancée, fabriquée et authentifiée.

performance / publication facsimilé-fax

Festival du château de Villandraut (33)

je vends M. un artiste au féminin arrivé à maturation

performance / publication tee-shirt, autocollants, fac-similé de journal

Aux500diABLes, Bordeaux

1993

bed with M.

affiches, dessins, série et suite photographiques / publication poster-puzzle

Aux500diABLes, Bordeaux

image(s) de héros

installations, séries photographiques, affiches / publication fanzine

EBABX, Bordeaux

………………………………………………………………………………………………………………….

par l’action collective

dispositifs scéniques en partenariat (sélection)

………………………………………………………………………………………………………………….

2007

en aveugle

poèsie visuelle & sonore Alfredo Costa Monteiro

dramaturgie visuelle et vidéographique

Punto y Raya,/Festival 02, La Casa Encendida, Madrid, Espagne

2006

Le Système Rudimentaire

mise en scène Philippe Vincent / Compagnie Scéne-théâtre-cinéma

installation visuelle et régie vidéo, Scéne-théâtre-cinéma

Lyon – L’ARIMC, Meyzieu (69)

Oreste ou la mort indéfinie

poésie sonore Patrick Dubost

in Orestie 1#2#3, mise en scène Philippe Vincent / Cnie Scènes-théâtre-cinéma

installation visuelle avec captation et diffusion vidéo en direct

Théâtre de Vénissieux (69)

2004

Juke-Box

mise en scène Philippe Labaune / Théâtre du Verseau – ENSATT

dramaturgie visuelle, Théâtre du 8ème, Lyon

Je Suis Une Radio _ou Plongée dans les mondes de David Lynch.

mise en scène Marjorie Evesque – Théâtre des Célestins

dramaturgie visuelle, Théâtre de l’élysée, Lyon

Machrocosme

pièce sonore Philippe Gordiani

installation visuelle, Les Subsistances, Lyon

2003

Recherche au sang, in Alta-Villa Hôtel

mise en scène Lancelot Hamelin

installation et performances visuelles, l’Usine / Comédie de Saint Étienne

Dans le vide du jours, in Alta-Villa Hôtel

mise en scène Lancelot Hamelin

installation et performances visuelles, Théâtre de Givors (69)

Odyssée [petit bazar]

mise en scène Géraldine Bénichou / Cnie Théâtre du Grabuge

installation visuelle, Les Subsistances, Lyon

2002

Suites mentales

mise en scène Lancelot Hamelin

dispositif visuel et sonore en mouvement pour une performance scénique

Théâtre de l’élysée, Lyon

Le cri d’Antigone

mise en scène Géraldine Bénichou / Cnie Théâtre du Grabuge

installation visuelle avec objet pour une performance scénique

Conservatoire de Paris

2001

Ici, Ici, Ici, in Alta-Villa Hôtel

mise en scène Lancelot Hamelin

installation et performances visuelles

Villa gillet, Lyon

………………………………………………………………………………………………………………….

conférences

2015

La culture numérique engendre-t-elle des monstres ? Zinc, Marseille

2013

Ceux qui s’organisent – le fablab, Alphabetville, Marseille

séminaires

2014 / 16

Qu’est-ce qu’on fabrique (ensemble) ?, Ars industrialis, Marseille

2012

Arts and Human Rights, Access to Culture, Bruxelles, Belgique

2011

Nomadic Art Camp, Б’Art: Bichkek Art Center, Bishkek, Kirghizstan

mémoires

2015

laboratoire participatif de création agrégés par des systèmes numériques d’échanges

sous la direction de Norbert Hillaire

Master ICM, Université de Nice-Sophia-Antipolis

2002

la présence secrète de l’autoportrait collectif dans la représentation de soi

sous la direction de Roger-Yves Roche

Maitrise d’Arts du Spectacle, LSLA, Université Lyon

1993

aide-mémoire ou petites histoires et narrations sur l’image

sous la direction de Jean-Paul Thibeau

DNSEP, EBABX, Bordeaux

autres textes

2010 / 17

le labelmpublic _note d’intention pour une création en puzzle

2015

du désir d’omniprésence du nom aux présences en rhizome d’un agir-ensemble _stratégie ‘digitale’ du labelmarseille

des avatars qui volent au secours de nos mensonges _puissance des écritures

projet 4.0 _plateforme de réflexion collective autour du crossOver et des réalités augmentées

2010

sommes-nous encore dangereux ?, 1er éditorial des grands terrains

publications

2015

une démocratie optocratique, contributions collectives arts et sciences, labelmpublic, Web

2013

les actes en silence, restitution laboratoire participatif arts et sciences, labelmarseille, Web

1998

Ma photo, ouvrage photo. / textes, in Classeurs d’artistes, Éditions Rhinocéros, Strasbourg

2006

en aveugle, collaboration avec Alfredo Costa Monteiro – Poète-sonore, Web

2012

Nomadic Art Camp, catalogue collectif et bilingue, Éd. Б’Art: Bichkek Art Center, Kirghizstan

2010 / 13

lesgrandsterrains.fr, éditoriaux, présentation de saison, textes critiques, Web

publications collectives

2005

Résonance 2005, catalogue collectif, Éditions VIe Biennale de Lyon, Lyon

Baignade interdite, catalogue collectif, Éditions Les ateliers de la poudrière, Seyssel

2003

L’art sur la place 2003, catalogue collectif, Éditions Ve Biennale de Lyon, Lyon

2002

frontières, carnet de voyage, Éditions N’a qu’1 œil – Commission Général de la Gironde

2001

Arts d’occasion : Photographie et cinéma, contributions aux rencontres, Éditions PUL, Lyon

1999

Jeunes création 99 sous pression, catalogue collectif, Éditions Jeune Création, Paris

1997

Les Urbaines, Éditions Arsenic Centre d’art scénique contemporain, Lausanne, Suisse

articles

2013

Les Actes en silence à la Piscine de Frais-Vallon, Cynthia Cucchi, Ventillo

2012

Al Dante intègre Les grands terrains, article Laurent Cauwet, Mouvement.net

2011

Les Grands Terrains, critiques publics des grands terrains, yelp.com

2009

Les actes de confrontation(s), article M. Nanquette-Querette, Journal Ventillo, Marseille

2005

Les courts-circuits de l’action culturelle, mémoire Virginie Milliot, Éditions de l’Aube, Aigues

 

mireille.batby.cv version pdf

les grands terrains

pour répondre aux conditions nécessaires de mise en place de projets transdisciplinaires et collectifs, le labelm-public, et avant lui le labelmarseille et le labelm., adapte la structure de ses laboratoires au contexte de la création contemporaine et aux systèmes de production et de diffusion de différentes structures.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

juste du faire ensemble

nomadic art camp / Б’Art: Bichkek Art Center – labelmarseille

Bishkek, Kirghizstan, 2011

IMG_0188 IMG_0198

Б’Art Contemporary invite les artistes, les chercheurs, les conservateurs et les écrivains pour le Camp d’art nomade au Kirghizstan.

Sur la route le long du lac Son Kul, dans les contreforts des plages de Tien-Shan et Ala-Too, les vents et les mythes sont des fragments de l’une des plus anciennes branches de la Grande Route de la Soie. C’est un appel à des propositions audacieuses qui apporteront une image innovante et des idées créatives à la vie, parallèlement à une opportunité d’approfondir les recherches artistiques et de répondre à la culture nomade du cheval en voyageant et en restant dans une yourte traditionnelle kirghize dans les montagnes. Shaarbek Amankul

texte juste du faire ensemble

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

un lieu de recherches et d’expérimentations collectives, Marseille

les grands terrains – labelmarseille, 2010/13

gt_logo_black_0

en 2010, le labelmarseille ouvre au centre de Marseille des espaces d’expérimentations, de diffusions et de rencontres, une librairie, un atelier de fabrication, une régie technique et des bureaux en open space.

terriens échoppe alentours extramuros

durant 3 ans, les grands terrains sont dirigés sur les bases d’une coopérative artistique, culturelle et sociale. Les éditions de littérature contemporaine et expérimentale ; Al Dante, l’association de médiation culturelle pour non-voyants ; la Luciole, et la société de production internationale ; Transverso (maintenant Dos mares) s’investissent dans l’exploitation de ce lieu.

les actes residences cartes.blanche ateliers

en proposant différents modes de fonctionnement, les grands terrains permettent au labelmarseille de soutenir le développement de différents projets transdisciplinaires, ouverts à l’autre – public averti ou néophyte, amateur ou professionnel d’un art ou d’une science.

présentation des grands terrains

gt facebook

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

à chaque saison, autour d’un sujet commun, se trame une programmation en collaboration avec les membres des grands terrains, ceux de structures associées et différents partenaires – artistes, scientifiques, programmateurs, associations culturelles ou artistiques.

à la fin de chaque saison, les travaux élaborés durant l’année sont restitués aux publics dans une manifestation collective et pluridisciplinaire, diffusée intra ou extra muros.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[saison 2012/13] les actes en silence

les grands terrains – labelmarseille

541865_499542040094413_1875701754_n 282308_10201056719483165_1974423658_n

iu-4 iu-5

602011_10200879769697521_226106894_n pip

puisard068

l’art nous abîme. C’est indéniable. Mais à y regarder de plus prés, aussi émouvante que soit une oeuvre, aucune d’elle n’a jamais reconfigurée seule le réel qu’elle transcrit. Fut-il inhumain. Alors, à quoi servent ces transmissions, si ce qu’elles bougent en nous, nous ne souhaitons pas le transposer dans notre société.

il faut bien se rendre à l’évidence; l’art déplace des silences dans d’autres registres de silence. Quand une oeuvre nous rend l’indicible, quand elle nous abîme, si nous ne livrons pas nos ressentis aux autres c’est du bruit blanc qu’elle produit. La déflagration qu’elle porte et dont l’écho se prolonge en nous, par notre silence, devient un cri étouffé que dirige en continu un grand fracas. L’impression obtenue est celui d’un souffle clos, tournant en circuit enfermé d’un réel retranscrit à l’oeuvre, de l’oeuvre à nous. en silence.

restitution piscine municipale de Frais-Vallon – installations arts visuels, spectacles vivants, in Marseille Provence 2013 – Capitale européenne de la culture

présentation de la saison les actes _en silence

blog de présentation les actes _en silence

articles off, ventilo, marsactu

interview mireille.batby par Cynthia Cucchi, ventilo

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[saison 2011/12] arrêter de résister – passons à l’acte

les grands terrains – labelmarseille

425415_309722245748185_283657215_n 305792_239212839460669_1118179207_n

537531_447540031961281_399290243_n IMG_0636

cette saison là ne tend pas à décaniller quelques monstres de l’imagerie populaire mais propose de prendre leurs mesures par rapport à celles de nos vies. Le caractère mégalomane de cette entreprise ne vous échappera certainement pas. À moins que, bien au contraire, il s’agisse ici de déposer un état de faits bien plus omniprésent, gigantesque et illusoire que ne le sera jamais nos ambitions d’individus : la possession de nos imaginaires par des images mythiques instituées comme modèles tend à faire disparaître toutes tentatives d’identification, fussent-elles un tout petit peu rêvées.

pire le rêve lui-même est la porte ouverte par laquelle la destinée, et non notre avenir, s’infiltre et se joue de nous. La réussite s’impose comme seul avenir possible, comme seul chemin viable, là où nos projections nous demandaient d’être ambitieux. L’existence n’a d’autre recourt que de devenir exceptionnelle et passionnante, le tout certifié à la mesure de fantasmes mécaniques et policés . et non nôtres.

restitution in situ – installations arts visuels et spectacles vivants, in Printemps de l’art contemporain, Marseille

présentation de la saison arrêter de résister _passons à l’acte

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[saison 2010/11] les intrus

les grands terrains – labelmarseille

205918_194505720603172_1295846_n 269436_198706830177937_1469546_n

207379_178040612244559_5995268_n IMG_5349

vidéo Autour, dedans, avec #1 Enna Chaton, Carole Rieussec, festival les instants, les grands terrain, 2010

mais si vous comptez venir et vous vous attendez à être là, absorbant paisiblement jusqu’à l’auto-digestion. si vous devez entrer, dociles et exécutants, pour intégrer des réseaux catalyseurs. et ensemble, stagner là. assidus aux édifices d’un art. refoulant les intrus trop « ci » et pas assez « ça ». vous allez vous ennuyer.

car ici, pas d’épopées qui exaltent un grand sentiment commun, ni de spectaculaire qui frappe la vue et l’ouïe. Juste du faire ensemble avec nos indigérables du dedans, et des inabsorbables venus du dehors. Des intrus, internes et externes, que nous défendrons comme les marques de notre attachement au doute, de notre ardeur à contribuer en étranger à une création, et de notre capacité à interroger la construction d’une oeuvre collective.

restitution in situ – séminaires, installations arts visuels et spectacles vivants, in Printemps de l’art contemporain, Marseille

présentation de la saison les intrus

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

un lieu d’échanges et de rencontres autour de l’image photographique, Marseille

vol de nuit – labelmarseille, 2007/09

v2n2

en 2007, le labelmarseille et l’équipe de vol de nuit vont faire de cette structure dédiée à la photographie un lieu d’échanges et de rencontres autour de l’image, où vont s’articuler les démarches des photographes de la galerie avec celles des participants aux ateliers de pratiques (à travers des résidences partagées, des workshops, des visites commentées), et se confronter la création photographique à d’autres modes de création d’images (théâtre, danse, écriture).

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[saison 2008/09] confrontation[s] _entre territoires publics et mouvement personnel

vol de nuits – labelmarseille

CONFRONTATIONS 7 CONFRONTATIONS 1

OLYMPUS DIGITAL CAMERA -001

extrait V.R 1.3 (performance sonore) de Olivier Zol

pour la saison 2008/09, le labelmarseille propose à des artistes des arts visuels et du spectacle vivant – amateurs et professionnels – de se confronter aux limites du white cube, de l’espace publique et de l’image photographique, dans le désir manifeste que s’incarne, au travers de leurs réalisations collectives, la part privée présente en chacun d’eux.

restitution in situ et Gare St Charles – forums, expositions arts visuels, performances, in Printemps de l’art contemporain, Marseille

présentation de la saison confrontation[s]

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[saison 2007/08] figure humaine

vol de nuits – labelm.

la figure humaine montage de l’exposition

visuel install. et maintenant

et maintenant, émission radio grenouille, Marseille, 2008

au coeur de notre engagement, il y a en débat cette question des modalites de création de l’image photographique. Révélée en deux dimensions par l’exposition ou la publication, développée vers une troisième par l’installation ou le spectacle vivant, puis exploitée dans des espaces virtuels par le simulateur ou l’hologramme, l’image photographique semble de plus en plus se propulser vers un au-delà, dans des espaces plus virtuels que concrets.
parallèlement, sa création, tenue et investie par les professionnels, s’ouvre, grâce au développement de ses modes de conception, aux amateurs ; la notion d’images justes d’autant plus qu’elle est photographique, se voit remplacée, au profit d’une nouvelle notion – encore plus floue, celle d’images personnelles. La position du photographe s’en voit redéfinie.

restitution in situ – figure humaine – exposition photographique collective / et maintenant, – exposition photographique & performance sonore / à priori – exposition photographique & théâtre / passons la nuit ensemble – exposition dessin & lecture

présentation de la saison la figure humaine . et maintenant

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Ici, ç’a été ça,

Veduta / Biennale d’art contemporain de Lyon – labelm., 2003

en 2003, dans le cadre des projets amateurs et laboratoires de création artistique de la 7e biennale d’art contemporain de Lyon : C’est arrivé demain, le labelm. élabore son premier laboratoire avec des artistes et des techniciens du spectacle vivant, les résidents de Hôtel Social Riboud (foyer d’accueil à Lyon) et les habitants de Pierre-Bénite (69).

ensemble, artistes et amateurs tentent d’identifier et de traduire, à travers le portait photographie, le témoignage vidéographique et les musiques actuelles, un moment spasmodique où tout notre corps et notre esprit, dans un tumulte de mouvements intérieurs et invisibles, se concentrent contre l’incapacité de nommer une chose, un truc, ce «ça» que tous – tout autour – comprennent dans leur immobilité tranquille.

ici ç'a été ça 2 ici ç'a été ça, ici, ç'a été ça 3

avec Sharif Abri _essayiste à ses heures, Houmed Ali _philosophe devant l’éternel, mireille batby _curatrice-plasticienne, Tejj Benhamed _utilisateur d’images, Sylvain Bolle- Reddat _comédien, Franck Chataux _direction technique, Jean Cruz _photographe et manipulateur de car, Véronique Dubin _création son, Hassan Eddir _voyageur-photographe, Anne-Laure Grange _relations publics, Viengo Kamba _amateur de jazz, Zouioueche Larbi _dit moustisk l’autoportraitiste, David Marche _plasticien, Lionel Meyer _création lumière, Cyrille Ramos _étudiant en Dark-Métal, Djamel Sediki _fabricateur de réel, Johann Tiet _rêveur invétéré.

installation visuelle et sonore dans un bus transformé
les 15 et 16 novembre rue de la République à Lyon
du 15 au 29 décembre à la Maison du Peuple à Pierre-Bénite
Ici, ç’a été ça fut salué par les commissaires de la manifestation et les institutions culturelles.

des avatars qui volent à nos secours _une démocratie optocratique #2

déroulé de la double installation visuelle et sonore,

et de la performance en streaming, du 11 novembre 2015

 

2.#3 1.#3

[ installation à Marseille ]

hall de la cartonnerie / Friche Belle de mai, Marseille

[ installation à Athènes ]

galerie / Beton7, Athènes

[ connexion Web ]

page facebook / skype

3.#3 IMG_0491

[ dès 21h00, à Marseille ]

dans le hall, un ordinateur donne accès à la plateforme.web d’une démocratie optocratoque.

[ dès 22h00, à Athènes ]

la galerie ouvre ses portes. Un buffet est installé sur le bar, des chaises font face à un écran blanc.

dans une salle adjacente, des vidéos, collectées par la gestionnaire de communauté, diffusent les témoignages de personnes vivant en Grèce.

4.#3 IMG_0490

[ de 21h45 à 22h, à Marseille ]

le public entre dans le hall. Certains sont déjà installés au bar ou aux tables.

[ de 22h45 à 23h, à Athènes ]

le public entre dans la galerie ; il s’installe au bar, s’assied sur des chaises face à l’écran, ou visionne les vidéos.

5.#3 0.#3

[ de 21h45 à 22h00, à Marseille ]

le photographe prend quelques images de la mise en place, avec son téléphone portable, et les envoie sur la page facebook d’une démocratie optocratique.

la médiatrice va à la rencontre du public, leur remet un tract (titre et date de la performance + lien plateforme.web + lien facebook). Elle les invite à s’asseoir et à inscrire sur une feuille leurs prénoms, noms et identifiants facebook. À ceux qui n’ont pas de compte facebook, elle propose les codes d’une page créée par le labelm-public.

[ de 22h45 à 23h, à Athènes ]

la gestionnaire de communauté et la responsable de la galerie présentent au public le fonctionnement de l’installation.

6.#3

[ de 21h45 à 22h00, à Marseille ]

le régisseur plateau part en fond de scène chercher un chariot chargé de néons, de câbles, de prolongateurs, d’un récipient d’eau et d’une raclette à manche. Côté cours, il décharge le chariot.

7.#34.#3

[ à 22h, à Marseille ]

le régisseur plateau installe les 4 premiers néons (montés en série) selon une ligne partant du bord de l’écran droite vers l’écran de gauche. Il la branche. Puis, il installe une seconde série de 4 néons, de l’écran droit jusqu’au bord du l’écran gauche. Il la branche, ainsi que le ventilateur placé entre les lignes de néons.

la gestionnaire de communauté, en régie, lance la page facebook d’une démocratie optocratique à l’écran de gauche. Elle invite les spectateurs, qui ont laissé leurs identifiants, à participer à cette page.

le régisseur média lance le streaming direct avec la Grèce, à l’écran de droite.

le photographe allume le gros ventilateur, face public.

[ à 23h00, à Athènes ]

la responsable de la galerie lance, à l’écran, le streaming direct avec la France.

la gestionnaire de communauté, face à l’écran, répond aux premiers commentaires des internautes sur la page facebook d’une démocratie optocratique.

[ à 22h00, Fr – 23h00 Gr, sur le Web ]

À Marseille, à Athènes et sur le Web, des internautes consultent ou commentent sur la page facebook d’une démocratie optocratique.

8.#3

[ à 22h, à Marseille ]

le public est installé dans la lumière de la salle, assis aux tables ou au bar, à liker ou à surfer.

[ à 23h00, à Athènes ]

le public est installé devant l’écran sur lequel est diffusée l’image des personnes attablées à Marseille.

[ à 22h00, Fr – 23h00 Gr, sur le Web ]

La liberté s’arrête où commence, où commence la complaisance, la condescendance. La liberté s’arrête. Ma liberté. Ma liberté. Ma dépendance. Ma contrainte étreinte. Mon droit à la désobéissance. Mon identité révélée. Mes chutes. Mes tentatives. Mes récidives. Mon égarement dans vos arguments. Vos paradoxes. Antonio Rodriguez Yuste

fb - une démocratie fb athenes

[ de 22h00 à 22h30, à Marseille ]

la gestionnaire de communauté relance les participations des internautes sur la page facebook.

[ de 23h00 à 23h30, à Athènes ]

la gestionnaire de communauté participe aux échanges avec les internautes de la page facebook.

[ entre 22h00 et 22h30, Fr – 23h00 et 23h30 Gr, sur le Web ]

LIENS À CREUSER / Ce qui fait peuple en nous / est probablement la capacité de s’auto-représenter collectivement. / En tant que français je me représente les français / comme un ensemble / d’individus ayant / des traits, des centres / d’intérêts / communs. / Je suis / — je serai — / donc un point / relié par un ou plusieurs / de ces traits. Nicolas Tardy

9.#3

[ à 22h10, à Marseille ]

les techniciens plateau enlèvent les tables des spectateurs, en retirant d’abords la nappe qu’ils disposent sur la poignée du chariot, puis la table qu’ils posent sur le plateau. Les verres, les assiettes et les objets personnels sont tendus aux clients ou déposés au sol. Peu à peu ils empilent les nappes et les tables en balayant l’espace d’accueil de gauche à droite. En fond de scène, ils déchargent la pile de tables, en un seul geste synchronisé.

[à 21h10, Fr – 22h10, Gr, sur le Web ]

Il y a quelque part encore des peuples et des troupeaux, mais ce n’est pas chez nous, mes frères : chez nous il y a des États. citation de Friedrich Nietzsche, proposée par Amandine Tamayo

12.#3

[ de 22h10 à 22h20, à Marseille ]

le régisseur média éteint progressivement les lumières de la salle (sorties de secours, bar).

le photographe se déplace dans les espaces de la scène et de la salle. Il prend quelques images, qu’il envoie sur la page facebook.

12065858_10208041464943858_1582374083125196216_n

[ entre 22h10 et 22h20, Fr – 23h10 et 23h20 Gr, sur le Web ]

Peinture Enlèvement d’Europe de Guido Reni (Le Guide) (1637-1639), postée par Emmanuelle Sarrouy Noguès

15.#3

[ à 22h20, à Marseille ]

le régisseur plateau verse de l’eau, selon une ligne parallèle aux néons. Avec la raclette, il pousse l’eau des néons vers les spectateurs. Les écrans se reflètent au sol en un rectangle brillant.

20.#3.21.#3

[ de 22h10 à 22h20, à Marseille ]

les spectateurs font face, sur l’écran de gauche, aux commentaires des internautes, sur l’écran de droite, aux spectateurs en Grèce qui, de plus en plus dans la lumière, apparaissent assis sur des chaises.

[ de 23h00 à 23h20, à Athènes ]

certains spectateurs se sont levés pour photographier avec leur tablette, l’image de la projection murale.

L’artiste chorégraphe Mariéla Nestora et Rania Kiliari directrice de BETON7 ont géré les lumières pour que nous gardions l’image de Marseille, ce que j’ai laissé faire, même si j’aurais souhaité que l’image disparaisse, que nous n’ayons plus que des ombres et des sons, mais parce que nous n’avions plus le son, donc plus de lien, c’était préférable. Mari-Mai Corbel

[ entre 22h10 et 22h20, Fr – 23h10 et 23h20 Gr, sur le Web ]

il s’agit alors de ce mettre à la verticale. Mountain Cutters

visuel m. fb une démocratie

[ de 22h20 à 22h30, à Marseille ]

la gestionnaire de communauté ponctue les commentaires et les visuels des internautes par une série d’images du ‘chœur’ et des ‘figurants’ de cette démocratie optocratique.

14.#3

[ de 22h20 à 22h30, à Marseille ]

la médiatrice insère, dans le fichier numérique du générique, les prénoms et noms des spectateurs et des internautes.

11.#310.#3

[ à 22h20 à 22h30, à Marseille ]

assis, les spectateurs font toujours face aux Grecs sur l’écran de droite, et à la page facebook sur l’écran de gauche. Les écrans, et leurs reflets au sol, les éclairent encore.

une démocratie - fb2

[ entre 22h20 et 22h30, Fr – 23h20 et 23h30 Gr, sur le Web ]

Difficile de rester assis quand on veut bouger. Stéphane Nowak Papantoniou, spectateur à Marseille
dans une foule en mouvement seul celui qui est immobile est remarquable. Pascale Pi

16.#312227706_10153747809938011_7294842420907322352_n

[ à 22h30, à Marseille ]

les techniciens plateau retirent les chaises des spectateurs qu’ils déposent sur le chariot. ils amènent le chariot en fond de scène et y restent, face public.

[ à 23h30, à Athènes ]

par la confiance et la curiosité, par le jeu et l’étonnement. Bien que concentrée sur le site facebook, je leur disais ce qui arrivait. Je les ai avertis qu’il semblait y avoir un problème technique. Ils ont ri de voir les Marseillais chercher à tout prix à se rasseoir, y compris par terre, voire à s’allonger.

11221700_10208203679560294_724742983229945534_n

[ à 22h30, Fr – 23h30, Gr, sur le Web ]

Démotique vs Katharévousa Langue des peuples vivante car sans cesse (é)mouvante. Emmanuelle Sarrouy Noguès

19.#318.#3

[ à 22h40, à Marseille ]

le régisseur rejoint les techniciens en fond de scène. Le photographe rejoint la médiatrice et la gestionnaire de communauté en régie.

debout, les spectateurs sont face aux Grecs, sur l’écran de droite, et aux commentaires des internautes, sur l’écran de gauche. Les écrans et leurs reflets au sol les éclairent un peu moins.

[ à 23h40, à Athènes ]

L’un à Beton7 s’est levé et a ôté le premier banc-coussin en demandant aux quelques personnes assises là de se lever. Ces personnes sont allées se mettre debout sur le côté.

une démocratie - fb 1

[ à 22h40, Fr – 23h40, Gr, sur le Web ]

Les minorités et les majorités ne se distinguent pas par le nombre. Une minorité peut être plus nombreuse qu’une majorité. Ce qui définit la majorité, c’est un modèle auquel il faut être conforme : par exemple l’Européen moyen adulte mâle habitant des villes… Tandis qu’une minorité n’a pas de modèle, c’est un devenir, un processus. Le devenir révolutionnaire et les créations politiques
par Gilles Deleuze, Entretien réalisé par Toni Negri et proposé par Amandine Tamayo

Chaque enfant fou, Nana Mouskouri

[ à 22h50, à Marseille ]

la gestionnaire de communauté diffuse le générique.

la médiatrice lance la musique du générique.

debout, les spectateurs sont face à leurs noms défilant sur le générique diffusés sur l’écran de gauche. Le public grecs est toujours présents sur l’écran de droite. Les écrans et leurs reflets au sol éclairent toujours.

[ à 22h50, Fr – 23h50 Gr, sur le Web ]

ce qui fait peuple en moi !, Nicolas Gruppo Forté propose le visuel du tournage d’un film

[ à 23h50, à Athènes ]

j’ai ensuite abrégé la performance mais diffusé la chanson pour nous. Nous nous sommes levés et avons applaudi. Ce simple geste n’a pas été repris ou de façon parcellaire par les Marseillais, ce qui a suscité un malaise mais aussi quelque chose comme « ce n’est pas grave. Mari-Mai Corbel

22.#3

[ à 23h00, à Marseille ]

le régisseur média éteint le streaming, le ventilateur et rallume la salle.

le public est resté dans la salle. certains on rejoint la gestionnaire de communauté et la médiatrice pour exprimer leurs doutes. un débat s’en est suivi.

12240991_433208790210125_7642627533627135610_o

[ à 23h00, Fr – 00h00 Gr, sur le Web ]

et l’Europe elle aime les peuples elle ? et si oui lesquels ?, Vassiliki A

Faut-il pour survivre aujourd’hui nécessairement devenir des figures héroïques ? Emmanuelle Sarrouy Noguès

[ à 00h00, à Athènes ]

nous avons quitté la salle et là, à mon étonnement, car j’en étais à penser que la performance avait raté, les gens sont restés et se sont parlés jusqu’à la fermeture tardive de BETON7. Ils avaient à me dire et ils avaient à se dire. Il s’était passé quelque chose pour eux, dans ce jeu de regards. Dans ces mouvements de se héler, de chercher à s’apercevoir. Ils avaient vu quelque chose d’eux, à travers cette difficulté du regard marseillais sur eux. Comme s’ils étaient difficiles de regarder. Quelque chose qui fait mal à regarder et à entendre. Ils avaient senti aussi qu’ils étaient paradoxalement plus vivants d’être exposés et en danger. La chanson aussi était là pour dans tous les cas, leur rappeler leurs forces, leurs sensibles, leurs forces sensibles. « Que tu te souviennes »….. Certains m’ont dit qu’ils voulaient recommencer. » Mari-Mai Corbel

déroulé des avatars qui volent à nos secours_une démocratie optocratique #2, 28es Festival Les Instants Vidéo, Marseille – Beton7, Athènes, 2015
Liens à creuser, écrit par Nicolas Tardy, lors de la représentation, donnera lieu à une publication au Cahier Critique de Poésie, en 2017

 

 

des avatars qui volent à nos secours _la république des ombres #1

1574748-jpg_1462941_1000x667

iu-1 iu-1

iu-2

Protesters argue with the riot policemen as they are evacuated from Gezi Park at Taksim Square in Istanbul 526781-an-anti-government-protester-sits-down-after-he-was-hit-with-tear-gas-during-a-protest-in-central-an

slide_302273_2556576_free 526772-a-protester-wipes-his-eyes-as-he-passes-next-to-a-burning-vehicle-during-a-protest-at-taksim-square-

slide_302273_2556587_free 526766-a-protester-uses-a-slingshot-to-throw-stones-at-riot-police-during-a-protest-at-taksim-square-in-ist

slide_302273_2556591_free 526769-000_par7583290

slide_351774_3801834_free iu-4

iu-3 slide_351774_3801925_free

slide_351774_3801923_free

 

 

le 31 mai 2013, la police Truque réprime les 10 000 manifestants du Parc Gezi et de la Place Taksim, avec des gaz lacrymogènes. Parc Gezi et Place Taksim, visuels presse, 2013

…] La police turque a évacué samedi soir les milliers de manifestants de la place Taksim et du parc Gezi, occupés depuis deux semaines. Canons à eau, tirs de gaz lacrymogène, l’assaut a vidé en quelques heures de ses occupants le bastion de la contestation contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. Les tentes dans lesquelles ils s’apprêtaient à passer une nouvelle nuit ont été détruites et plusieurs manifestants ont été interpellés. La place Taksim violemment évacuée,

…] Ce parc qui est l’un des rares espaces verts du centre d’Istanbul doit disparaître dans le cadre du projet de piétonnisation de la place Taksim. Ce projet immobilier prévoit la reconstruction de la caserne Taksim, un bâtiment historique démoli en 1940 devant accueillir un centre commercial. Les manifestations s’intensifient à la suite de la violence de la charge de la police pour déloger un groupe occupant le parc. Les protestations se sont généralisées avec des revendications anti-gouvernementales. Les manifestations se sont également étendues à d’autres villes en Turquie, ainsi que dans d’autres pays ayant d’importantes communautés turques. Mouvement protestataire de 2013 en Turquie, rédaction wikipédia

526780-protesters-walk-pass-by-a-burning-barricade-during-a-protest-at-taksim-square-in-istanbul

Récit d’une nuit de résistance sur la place Taksim à Istanbul, le monde, 2013